« Osons pour Hénin-Beaumont » : une association citoyenne prépare les municipales

J’étais ce matin l’invitée de France Bleu Nord pour présenter le collectif Osons pour Hénin-Beaumont qui s’est constitué en début d’année et prépare notamment les élections municipales de mars prochain.

Vous trouverez ici un résumé de cette interview: https://www.francebleu.fr/infos/politique/osons-pour-henin-beaumont-une-association-citoyenne-prepare-les-municipales-1568192399

Et pourrez réécouter ici la séquence dans sa totalité:
https://podcasts.apple.com/fr/podcast/linvité-de-france-bleu-matin-fb-nord/id1154546716?i=1000449344966

Nous vous proposons également ci-dessous une retranscription des échanges (merci Amélie!)

Transcription complète de l’interview

On s’intéresse aux élections municipales avec notre invitée aujourd’hui : Marine Tondelier, élue écologiste au conseil municipal d’Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais. Hénin-Beaumont où Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national et députée d’Hénin, est venue dimanche faire sa rentrée politique et lancer la campagne pour les municipales l’année prochaine.

P.T – Bonjour Marine Tondelier.

M.T – Bonjour.

P.T – Vous avez lancé au début de l’année une association citoyenne qui s’appelle « Osons pour Hénin-Beaumont ». Est-ce que c’est le nom de votre liste pour les municipales ?

M.T – Ça le sera sûrement. En attendant, c’est un collectif d’habitants qui sont engagés pour cette ville, qu’ils habitent et qu’ils aiment, et puis surtout, occupés à y élaborer un projet qui soit humaniste, écologiste et solidaire, avec des militants associatifs, syndicaux, politiques de sensibilités différentes. Puis aussi des parents d’élèves, des employés municipaux, des retraités, des étudiants. Et tous, nous avons décidés de mettre nos énergies en commun.

P.T – Sensibilités différentes mais quand même bien à gauche, on trouve des gens du PC, de La France Insoumise … Il y a une volonté de rassemblement de cette gauche ?

M.T – Vous savez, les dernières années de la vie politique française m’ont et nous ont fait collectivement perdre nos repères. La gauche, je ne suis plus sûre de savoir ce que c’est et qui cela représente. Du coup, dans ces cas-là, le plus sûr est de se raccrocher à des valeurs et c’est ce que nous allons faire avec « Osons pour Hénin-Beaumont » sur l’humanisme, l’écologie et la solidarité.

P.T – Alors, l’humanisme, c’est quoi à Hénin-Beaumont par exemple ?

M.T – L’humanisme, c’est par exemple l’inverse que d’adopter un arrêté « ma commune sans migrant » dont le but est d’interdire les migrants à Hénin-Beaumont. Vous imaginez bien d’ailleurs qu’un migrant clandestin, l’endroit où il n’a pas envie de venir du tout dans la région, c’est Hénin-Beaumont de toute façon ! … Et de menacer de couper les vivres des associations qui les aident [les migrants]. C’est d’éviter que j’ai, une fois par semaine dans ma cuisine, un employé municipal en pleurs qui explique qu’il est harcelé, qu’il vit des choses terribles en mairie. C’est d’arrêter le harcèlement judiciaire contre tous ceux qui ne reviennent pas au maire dans l’opposition municipale. C’est d’arrêter l’instrumentalisation de cette « guerre de tranchées » avec les journalistes de « La Voix Du Nord ». C’est en fait une ville apaisée et pour l’instant, on en a tout le contraire.

P.T – On a bien compris que l’ennemi pour vous c’était le rassemblement national, ça ne va peut-être pas suffire à séduire les électeurs, quel projet avez-vous ?

M.T – Nous, la ville, on veut la reconquérir et on veut la changer vraiment. C’est-à-dire qu’on veut la rendre plus respirable, on veut l’apaiser, on veut sortir les gens de la précarité, ce qui n’est pour l’instant pas le cas. Et puis, on veut faire des habitants non pas juste des clients mais des citoyens respectueux et engagés, pour qu’ils nous aident à lutter contre les déchets sauvages et les autres incivilité, pour qu’ils puissent avec nous favoriser l’entraide et non la délation. Finalement, que l’on soit bienveillants avec tous les habitants de cette ville, même ceux qui, finalement, ne vont pas voter pour nous. C’est quelque chose dont la majorité municipale est incapable.

P.T – Ça vous énerve qu’on présente aujourd’hui Hénin-Beaumont comme la vitrine du rassemblement national ?

M.T – Ça nous énerve mais en plus ça nous lasse parce qu’on l’entend souvent. On sait que le Front national est très fort pour présenter sa ville comme une vitrine bien lustrée parce qu’ils sont des pros de la communication et de la propagande. Nous, ce que l’on voit, ce n’est pas la vitrine bien lustrée mais les ravages en arrière-boutique. Je vous ai parlé des employés municipaux, je pourrais vous donner pleins d’autres exemples et ça c’est sûr que,dans les médias nationaux, on n’en parle jamais puisque les caméras suivent Marine Le Pen dans sa petite visite guidée de la ville et de tous les endroits qui les arrangent bien, et puis disparaissent en même temps qu’elle. Et il faut dire qu’elle disparait souvent.

P.T – Comment va travailler votre association d’ici au mois de mars ?

M.T – On a commencé par un projet , « L’autre journal municipal », parce que vous savez que ces gens [RN] sont légèrement totalitaires et ils veulent que les gens n’aient qu’une source d’informations : la leur. C’est pour cela qu’ils instrumentalisent cette « guerre » avec « La Voix Du Nord » et demandent aux habitants de se désabonner, pour que les habitants n’aient qu’une source d’informations : le journal municipal du maire, ce journal qui est vraiment, pour le coup, très orienté. C’est un chef d’œuvre de propagande, ça a fini par nous lasser et donc, on a fait « L’autre journal municipal » !

P.T – On pourrait vous dire que vous allez vous-même faire votre propagande…  

M.T – Oui, mais nous, on explique bien aux gens dans l’édito qu’on n’est pas là pour leur dire LA vérité. On leur donne un point de vue alternatif et on leur explique bien qu’on leur donne des éléments de jugement, parce qu’on estime qu’ils sont en capacité de comprendre tout cela et on fait appel à leur intelligence ; ce que le Front National fait rarement, il faut le reconnaître. Et donc on fait cet autre journal municipal,  on en est au 3e numéro et il continuera à sortir tous les deux mois.

On organise aussi des réunions publiques thématiques qui ont vocation, avec des experts nationaux sur un sujet, à élaborer notre programme de manière participative, collaborative et ce sera notamment le cas vendredi : il y a Olivier Razemon qui vient, il est journaliste au Monde et a écrit beaucoup de livres sur les problématiques telles que la mobilité douce, les piétons, les cyclistes et puis aussi sur la France qui fait mourir ses centres-villes avec les hypermarchés, comment redynamiser notre centre-ville. Ce sont des problématiques qui sont très prégnantes à Hénin-Beaumont et c’est avec un expert national sur le sujet qu’on écrira notre programme vendredi soir, avec celles et ceux qui le souhaitent. C’est gratuit et ouvert à tout le monde !

P.T – Justement, « ouvert à tout le monde », c’est une façon aussi de lutter contre la future abstention, peut-être, au prochain scrutin municipal ?

M.T – Nous, on va être très clair : tout le monde est le bienvenu chez nous du moment qu’il partage nos valeurs. On ne demande pas aux gens d’où ils viennent, on leur demande où ils veulent aller avec nous et donc, effectivement, on voit arriver vers nous des gens qui étaient très éloignés de la politique. Quand vous nous présentiez comme une liste de gauche, eux, la gauche, la droite, ils s’en foutent, ce qu’ils veulent c’est travailler avec des gens en qui ils ont confiance. C’est pour ça qu’avec Aurélien Gack, qui est professeur d’histoire-géo au lycée pasteur et agrégé de géographie, faisant une thèse sur la géographie économique du bassin minier, avec Inès qui est juriste, avec Gianni, avec Samira, avec Amélie, … avec des gens qui ont des profils très différents, on avance. En fait, les gens ne viennent pas vers nous parce qu’on a telle ou telle étiquette politique, ces étiquettes politiques on les a mises en retrait. Ils avancent avec nous parce qu’ils ont confiance en nous, parce qu’ils nous connaissent, parce qu’ils nous croisent au quotidien dans leur ville.

P.T – L’association s’appelle « Osons pour Hénin-Beaumont », merci Marine Tondelier d’avoir était l’invitée de France Bleu Nord ce matin, je rappelle que vous êtes élue écologiste au conseil municipal d’Hénin-Beaumont. Bonne journée.

M.T – Merci à vous, au revoir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s