PETITION – Mis en examen, l’adjoint FN Christopher Szczurek doit démissionner!

Mis en examen!

La nouvelle est tombée ce matin: l’adjoint Héninois, conseiller départemental FN et ex tête de liste bleu marine pour les élections sénatoriales Christopher Szczurek est mis en examen par un juge d’instruction du tribunal de Lille dans l’affaire dite de la page Facebook anonyme « La Voie d’Hénin ».

Cette page facebook infamante crée en décembre 2015 prétendait « Reinformer sur l’actualité Henin-Beaumont » « sur un ton impertinent et libre », mais s’était surtout avérée, semaines après semaines, être une machine à insultes et à propos diffamatoires gérée en ligne directe par la mairie frontiste.

Les élus FN avaient toujours nié en être à l’origine et la gérer « en direct » mais sa date de création après des menaces lourdes de sens en Conseil municipal et le fait par exemple que des vidéos de ce même Conseil Municipal y ait été publiées dès le lendemain, dont l’angle de la prise de vue correspondait pile poil à celui de la caméra officielle de la mairie, ne laissaient aucun doute à ce sujet.

1609986_1079205518797050_7127455021912268101_nPour alimenter le bras de fer insensé dans lequel Steeve Briois s’était lancé contre le journal local « La Voix du Nord » accusé à tort de « salir la ville » – en langage FN ça veut dire « traiter objectivement l’actualité locale » mais tout ce qui ne fait pas leur promotion les dérange, c’est bien connu -, cette page était entrée en croisade contre toutes celles et ceux qui n’allaient pas dans son sens.

Les insultes, mensonges et ragots niveau Closer y pleuvaient donc régulièrement contre la Voix du nord, les élus d’opposition et les syndicalistes du personnel municipal, le tout sous le sceau de l’anonymat.

Y fleurissaient des théories complotistes délirantes, sorties d’un esprit manifestement tordu adepte des bonnes vieilles méthodes fascisantes dont on pensait qu’elle appartenait, en France au moins, a un autre siècle.

J’y étais accusée d’occuper un emploi fictif et mon collègue d’opposition Geoffrey Gorillot et sa femme Florence Binaisse des emplois de complaisance, la supposée collusion entre l’opposition municipale et la Voix d’Hénin y faisait l’objet de fantasmes obsessionnels de l’auteur, les moqueries sur le physiques étaient également fréquentes, et d’un grand courage puisqu’anonymes.

Cette page Facebook a pourri la vie d’un certain nombre d’entre nous pendant des mois. Le syndicaliste CGT et employé municipal René Gobert, appelé « judas » et accusé d’avoir obtenu son emploi par favoritisme « car sa fille a été très dévouée auprès de Dalongeville! ». Ces deux publications le concernant font l’objet d’un contentieux et ont été supprimées depuis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le triple objectif de tout cela?

  1. Aller plus loin dans l’ambiance de propagande et de délation déjà installée en ville par la page facebook officielle du maire et le journal municipal régulièrement détourné de ses fonctions de base pour insulter la Voix du Nord et l’opposition
  2. Accentuer la pression psychologique mise sur nous
  3. Dissuader celles et ceux à qui viendrait la folle idée de s’opposer au maire de passer à l’action, en leur faisant comprendre à quelle type de lynchage public ils s’exposeraient

Visage masqué, la municipalité frontiste se permettait des propos qu’elle savait diffamatoires pour éviter d’avoir à répondre de leurs allégations devant la justice. 

Raté: la presse révèle en effet aujourd’hui qu’un lien a été établi entre les adresses informatiques (IP) du créateur de la page La Voie d’Hénin et celle de l’ordinateur de Christopher Szczurek, President du groupe frontiste au Conseil municipal d’Hénin-Beaumont et Adjoint à la vie associative et culturelle. Depuis l’élection de Bruno Bilde, alors adjoint à la communication, Crjstopher Szczurek a en outre repris cette délégation.

Comment, mis en examen pour de graves faits de diffamation sur les réseaux sociaux, pourrait-il rester adjoint à la communication de notre ville?

Il doit démissionner.

En attendant qu’il se décide, je propose que sa délégation soit revue et qu’on l’appelle désormais « adjoint à la propagande, à la manipulation, à l’insulte et au mensonge ».

Pour signer cette pétition, rendez-vous ici!

–> signer la pétition <–

Emplois fictifs, financement illégal de campagnes électorales, incitations à la haine: ce parti qui affichait le slogan « tête haute et mains propres » mais multiplie depuis les mises en examen devrait baisser les yeux et repasser un petit coup de Karcher dans ses rangs.

Quand je pense que ces mêmes personnes attaquent mon livre Nouvelles du Front en justice pour diffamation, et aux frais du contribuable héninois s’il vous plait, il y a de quoi rire… ou pleurer.

J’en profite donc pour vous en proposer deux extraits qui évoquent justement « La Voie d’Hénin » et qui sont donc plus que jamais d’actualité.

PAGE 120

« La bagarre débute véritablement avec la CGT lorsqu’un de ses membres avertit La Voix du Nord de l’installation des caméras de vidéosurveillance. On ne brise pas impunément la loi du silence! René Gobert est alors pris pour cible. Tout semble ensuite fait pour le pousser à bout. La page Facebook anonyme « La Voie d’Hénin», dont je vous reparlerai plus tard, est utilisée pour le harceler. Le 18 avril 2016, un post tente de le faire sortir de ses gonds: «Pourquoi Gobert a-t-il été embauché à la mairie? Car sa lle a été très dévouée auprès de Dalongeville!» L’attaque a beau être basse, personnelle et insultante, elle est «likée» par trois élus, Nicolas Moreaux, Anthony Garénaux et Aurélia Beigneux, ainsi que par plusieurs employés. Récidive le 22avril 2016 sur «La Voie d’Hénin»: «Attention au judas Gobert. Le représentant de la CGT ne vous défend pas. […] Agents municipaux, ne vous laissez pas manipuler par cet opportuniste de René Gobert. C’est un menteur qui ne sait même pas écrire.» Les mêmes «aiment». Un mois plus tard, Steeve Briois poursuit l’acharnement et écrit au secrétaire syndical pour lui imposer un changement d’a ection: celui qui jusque- là o ciait comme animateur à la maison de quartier de Darcy se voit proposer un poste d’agent d’entretien des locaux.

Le 7 juillet, les nerfs à vif, le syndicaliste poste sur son pro l Facebook une réponse de mauvais goût: une photo de carabine à plomb accompagnée du statut «J’aurais pas tiré sur la police ni sur le GIGN ni sur la municipalité. j’aurais tiré sur deux cons en mairie». Steeve Briois demande immédiatement sa révocation de la fonction publique et dépose une plainte contre lui au tribunal de grande instance. René Gobert est en arrêt depuis. Pour dépression.

Le jour de son audition par le conseil disciplinaire, le 4 décembre, son avocat plaide la provocation. Il semble qu’il ait été entendu puisque le coupable n’écope non pas d’une révocation, la sanction la plus lourde, mais d’un blâme, une sanction pour faute légère. Son avocat m’explique par téléphone: «Là où ils sont très malins, c’est que le cercle administratif et les décideurs de la commune ne portent jamais le glaive. Cela se fait en o , par exemple par le blog La Voie d’Hénin. La di é- rence essentielle avec les autres mairies sur lesquelles j’ai travaillé, c’est qu’à Hénin-Beaumont, quel que soit le contentieux, on peut démontrer un véritable harcè- lement et des insultes sur les réseaux sociaux. Ils disent qu’ils n’y sont pour rien mais c’est la seule mairie où ça se passe comme ça. Leur stratégie de conquête du pouvoir ne laisse rien au hasard. En cas de contentieux administratif, tout le monde est au courant, la toile s’en amme. »

Le but est d’isoler l’agent visé. Ses collègues nissent par s’en éloigner, craignant qu’il n’apporte des problèmes puisqu’il est devenu une cible manifeste de leurs chefs. Dans le cas de René Gobert, cela fonctionne assez bien : «Dès que les gens ont compris que j’étais surveillé, plus personne n’a voulu me parler en mairie. Mais on arrivait quand même à communiquer. Y a des trucs qui passent dans les poignées de main par exemple. Je sens des émo- tions, parfois même une forme de soutien. »

En plus des sou rances qu’il génère, cet acharnement est onéreux. Des méthodes d’investigations coûteuses sont déployées avec pour seule intention de « coincer » un agent incriminé. Du 3 mars au 27 juillet, la commune a ainsi fait établir cinq ou six volumineux constats d’huissier pour un montant estimé à plusieurs milliers d’euros. Au lieu d’ouvrir la discussion, de demander des explications sur un comportement inapproprié, les supé- rieurs hiérarchiques tissent patiemment une toile autour de leur proie, alimentant des mois durant un rapport à charge qui permettra de l’assommer. Ces procédés sont dangereux, malsains et contraires aux valeurs de la fonction publique.

René Gobert est le seul à être incriminé. D’autres subissent également les foudres des élus sans oser en parler. Les menaces de sanctions disciplinaires envoyées à domicile avec accusé de réception sont devenues une pratique courante.

Un jour où j’alerte sur l’état psychique des employés en conseil municipal et où je demande au maire d’être vigilant, Briois répond, désinvolte: «Les gens sont heureux de travailler avec nous! Personne ne s’est encore suicidé!» Tout va très bien, madame la mar- quise… Un cadre encore éberlué par la scène revient sur cet épisode: «Il s’est dépêché de passer au point suivant, mettant n au débat de manière très abrupte. Tu semblais vraiment préoccupée. Ça nous a fait du bien de l’entendre. »

Certains, optimistes, se rassurent à leur manière, comme ce syndicaliste qui répète à qui veut l’entendre: « Le pouvoir d’un maire est éphémère. C’est comme une grande roue. Un jour t’es en haut, le lendemain tu peux être en bas… À Hénin on en sait quelque chose ! »

PAGE 146

 

 » Lors du conseil municipal du 12 décembre 2015, veille du deuxième tour des élections régionales, le Front national cherche à prendre une énième revanche sur le quotidien. Bruno Bilde prévient : La Voix du Nord, elle va voir ce qu’elle va voir! Il promet: son insupportable monopole va bientôt voler en éclats ! Il nous réserve une petite surprise…

Effectivement. Le 15décembre 2015 apparaît une mystérieuse page Facebook. Elle suscite immédiatement la curiosité. «La Voie d’Hénin» a che son slogan: « Réinformez-vous sur l’actualité d’Hénin-Beaumont » et se présente comme «une page Facebook d’information sur un ton impertinent et libre». C’est sûr que côté impertinence, nous sommes servis !

La page est anonyme mais, après les annonces de Bruno Bilde, c’est comme si elle était signée. Les hostilités com- mencent le jour même dans une seconde publication intitulée «La soirée secrète de l’opposition à l’agence héninoise de La Voix du Nord ». Le matin même, la jour- naliste de La Voix du Nord est venue nous demander quelques explications sur un point du conseil municipal. L’ambiance délétère de la salle ne nous a pas permis de discuter sur place et nous nous sommes donnés rendez- vous à l’agence locale du journal. En temps normal et dans une ville normale, cela ne poserait pas de problème. Ce type d’entretien n’est en rien contraire à la déonto- logie. Marine Le Pen a d’ailleurs déjà accordé plusieurs interviews à Pascal Wallart dans ces mêmes bureaux.

Mais à Hénin-Beaumont, comme l’indique l’œil inquisiteur du logo de « La Voie d’Hénin », nous sommes sous surveillance. Les caméras de «vidéoprotection» souhaitées par le maire ne sont pas encore installées mais bien probablement des petits espions jouent déjà ce rôle. La plume de «La Voie d’Hénin» extrapole donc lar- gement quand elle estime que «les élus de l’opposition, selon plusieurs témoins, ont passé la soirée de samedi à La Voix du Nord. De là à parier que la réunion visait à harmoniser les éléments de langage entre Céline Debette [journaliste de l’agence locale] et l’opposition, il n’y a qu’un pas, que nous franchissons.» Dans les jours et les semaines qui suivent, la démonstration manipulatoire, qui ne repose sur rien d’autre que sur du vent, continue. «La Voie d’Hénin» poursuit son œuvre. Les journalistes de l’agence locale de La Voix du Nord sont pris pour cible nommément, un par un, attaqués même sur leur physique. Chacun en prend pour son grade, en alternance avec les membres de l’opposition et quelques autres têtes de Turc, comme le Parti socialiste ou la CGT. Le Front national a toujours nié être à l’origine de cette page Facebook anonyme… Comment expliquer que le ou les auteurs soient en possession quasi immédiate des enregistrement vidéo de la municipalité? Que la ligne éditoriale de la page Facebook soit exactement la même que celle de la propagande municipale et que « La Voie d’Hénin » partage les publications de Steeve Briois ?

Systématiquement, quand un article nous concernant paraît dans La Voix du Nord, «La Voie d’Hénin» dénonce du favoritisme. La main “anonyme”, dans la lignée des articles de blog de Steeve Briois, lequel avait été jusqu’à présenter Pascal Wallart, à l’occasion des élec- tions départementales de 2015, comme mon directeur de campagne, écrit, le 26janvier 2016: «Tiens, un article sympa sur Hénin ! Ah oui, c’est sur Tondelier ! On trouvait ça tellement étrange. »

Cette obsession du FN à propos du traitement médiatique de leurs concurrents est maladive, ce qui est d’autant plus incompréhensible qu’ils n’ont rien à envier à personne, étant donné la très large couverture presse dont ils béné cient. Mais il faudrait que nous n’existions pas pour qu’ils arrêtent de se plaindre… En mai 2016, je suis en plein bras de fer avec la mairie : elle a décidé d’abattre quarante tilleuls centenaires malgré un arrêté suspension du tribunal administratif en ma faveur. Je suis contrainte de mobiliser une trentaine de collègues, au petit matin, pour empêcher les tronçon- neuses d’entrer en action. Bruno Bilde est là aussi, iPad à la main, pour photographier tous les présents. Il prend à partie les journalistes : « Monsieur, vous êtes là pour faire le buzz et le service après vente d’une élue qui a fait 4 % aux élections régionales […] Vous êtes aux ordres. » À la journaliste de France 3 qui cherche justement à recueillir sa version pour le reportage qu’elle prépare, il lance, devant tout le monde: «Je vous parlerai lorsque vous appliquerez un traitement égalitaire.» Ce petit jeu peut durer longtemps… Rageur, Steeve Briois publiera le len- demain un communiqué sur sa page Facebook: «Hier matin, dès 7h30, les journalistes de M6, France 3, et la Voix du Nord évidemment, ont répondu au plan com de l’opposition comme de vulgaires toutous […]. On savait que cette profession était la plus moutonnière au monde. Ne leur manque désormais que le collier et la laisse…» Les journalistes en question ont même la chance d’appa- raître en photo pour illustrer l’article.

Pour tenter d’asphyxier la presse locale, le FN héninois a un autre moyen redoutable: ils ne font parvenir aucune information utile à La Voix du Nord, stratégie parfaitement assumée par Bruno Bilde, qui explique au journaliste de Libération Dominique Albertini (31 juillet 2016) : « Je ne leur le plus aucune information, sauf cas extrême. Pascal Wallart, interviewé pour le même article, commente: «Cette attitude est contre-productive pour eux. Car le résultat, c’est qu’on ne couvre plus l’actualité politique de la ville. Ils font sans doute des choses très bien, mais on ne les voit plus et le maire n’apparaît plus en photo. Ils auraient intérêt à a cher leur sérénité, plutôt que de fonctionner à la trique.» Et hop, c’est reparti pour un tour… Nouveau journal municipal, titre évocateur : « Nouvelles attaques de La Voix du Nord contre la ville d’Hénin-Beaumont». Et les deux frag- ments de phrase suivants, isolés et attribués à Pascal Wallart: «On ne couvre plus l’actualité politique de la ville» et «Le maire n’apparaît plus en photo». Toute la partie sur le refus de communiquer avec le journal local a disparu. On a l’impression que Wallart a décidé de son propre chef, dans un accès de mauvaise humeur, de ne plus parler d’eux. La guerre des nerfs continue… et semble avoir de beaux jours devant elle. »

 

Décidément, le procès en diffamation intenté par la municipalité contre cet ouvrage risque d’être hilarant vu tout ce qui se confirme, de jour en jour, depuis sa publication…

 

5 commentaires

  1. Courage pour vous et toute l’opposition dans votre lutte contre cette municipalité d’extrême droite. Même si ces informations ne sont pas suffisamment relayées par les grands médias, dit de masse, les réseaux sociaux s’en font l’écho par de multiples canaux. Et la « Fachosphère » n’y peut rien malgré toutes ces tentatives de fake news et autres procédés malhonnêtes. Malheureusement De l’extérieur l’image de votre ville subit les dommages de cette situation délirante.

    J'aime

  2. La diffusion de rumeurs, d’insultes et l’avilissement subit par les élus d’opposition de la Commune d’Hénin-Beaumont doit être connu de tous afin de révéler l’état d’esprit des membres du FN.

    J'aime

  3. Bonjour, Marine

    Dommage que cette article n’a pas sorti avant que je passe au tribunal correctionnel. J’aurais pu n’avoir aucun sanction. Mais c fait . Amitié René. Biz

    Télécharger Outlook pour Android

    ________________________________

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s