Les petits numéros de pipeau de Steeve Briois, épisode 2: jardin public et fêtes champêtres

Hénin-Beaumont, dans la bouche de Steeve Briois, serait devenue depuis son élection à la tête de la ville un Disney Land où tout le monde vivrait heureux dans le meilleur des mondes.

Cette belle légende est comptée à longueur de pages du « journal municipal » imprimé par la mairie aux frais du contribuable et mis dans toutes les boites aux lettres chaque mois. Journal si dithyrambique qu’une partie de la population l’a rebaptisé ironiquement « le journal de propagande municipale ».

Mais tout n’est pas aussi rose que ce qui y est écrit.

Nous y reviendrons avec beaucoup d’exemples passés mais nous allons commencer par un petit exercice d’anticipation. Comme ce week end a été inauguré (avec plusieurs mois de retard) le nouveau jardin public, nous nous attendons dans le prochain numéro à un dossier spécial émouvant sur la renaissance de ce parc de ses cendres, du délitement dans lesquels ses prédécesseurs l’avaient laissé, blabla. Bon Dalongeville c’est sur, c’est le sort qu’il a réservé à toute la ville, et Eugène Binaisse, nous vous le rappelons, suite aux municipales partielles de 2009,  a nettoyé pendant 4 ans les écuries d’Augias pour permettre le redressement financier de la ville qui a ensuite permis au FN à son arrivée au pouvoir en 2014 de faire plein de choses comme baisser les impôts locaux ou rénover des bâtiments, ce qu’un autre maire aurait aussi été en mesure de faire en 2014 contrairement à 2009 quand la ville était ruinée.

Bref, prenons justement l’exemple de ce parc public. Il a été « refait à neuf », et personne ne niera qu’il est agréable depuis sa réouverture de s’y promener, d’y passer un bon moment (surtout que les travaux à la fin ça tape sur le système et qu’on est donc toujours contents quand ça s’arrête).

Sauf que tout le monde n’a pas un avis aussi unanime sur la question.

Dans mon livre « les Nouvelles du Front », j’avais expliqué vouloir donner la parole aux « sans voix », leur permettre d’exprimer – souvent anonymement – les sentiments qu’ils n’oseraient jamais exprimer publiquement et personnellement parce que dans cette ville désormais, toute parole discordante se paie cash.

Comme de mon côté je n’en suis plus à cela près, je n’ai aucun problème à me faire le porte voix de ces déçus, de ces gens qui ont des choses à dire.

Ce témoignage est anonyme à la demande de son auteur à qui j’ai demandé s’il m’autorisait à le publier sur mon blog et qui m’a répondu, je cite: « Bien sûr, je veux qu’il serve si c’est possible à quelque chose. Anonymement aussi car les gens en place à la mairie sont d’excellents procéduriers! ».

Le voici donc.

Et à celles et ceux qui expliqueront forcément que je l’ai inventé et écrit moi-même, j’ai eu la bonne surprise ce matin et sans concertation de le retrouver sur le blog de mon avis David Noël. C’est bien la preuve que cet habitant est un vrai habitant, qui fâché a écrit un témoignage et l’a fait parvenir à plusieurs blogueurs locaux.

« Je viens de lire dans ce journal de propagande (et non d’information) de la mairie, numéro d’octobre 2017, vos quelques mots sur « les fêtes populaires » de l’été (page 38 : « les fêtes champêtres ne réunissent que les partisans du FN »). Je voudrais ici y ajouter ces précisions concernant « ces fêtes ». Le maire de cette commune semble vouloir faire fi du repos dominical de ces concitoyens – ah ce mot ! Surtout dans ce quartier dit du parc public et du mini-golf. En effet depuis son élection, ce quartier a perdu de son calme, de sa chlorophylle et beaucoup de son âme. L’attaque fut sournoise, car voici deux ans de magnifiques peupliers bordaient depuis de nombreuses décennies le côté « Tassigny » de ce qu’on appelle le mini-golf – qui n’en avait plus que le nom. L’on vit sur leur tronc appliquer un arrêté de la mairie signifiant leur condamnation à mort pour raison de « mauvaise santé ». Des arbres aussi florissants ? J’en doute ! Ces quelque 25 arbres furent transformés en sciure quelques semaines plus tard sans aucune consultation ni avis des riverains. « On se laissa » dire que « certain » s’était plaint à qui de droit que l’été les voitures étaient recouvertes de pollen et salissait la tôlerie. Satisfaction lui fut donnée à ce soit disant « quelqu’un ». Mais ce n’est que rumeur comme la coupe de quelques arbres sur le périmètre du parc des immeubles du Maréchal Leclerc suite, semble-t-il, à une demande d’un voisin ombragé. – article de la Voix du nord de l’époque (à vérifier). Idem pour le quartier du Jeu de balles. L’attaque fut sournoise, disais-je, sournoise et dévastatrice. Car voilà que la mairie décide dans ce petit coin de verdure du mini-golf d’organiser ce qu’ils appellent leur « fête champêtre » Ainsi donc presque chaque dimanche de juillet et d’aout moins d’une trentaine de personnes font la fête au son d’un matériel sonore très sonore et troublant dès le midi et jusqu’à des 18h le quartier de « boum-boum » insupportable…( sans compter les balayeuses et autres camions mis en œuvre pour nettoyer les environs immédiats dès 7h du matin et les essaies de sono!) Tout le quartier donc, une centaine de personnes pour le moins, pour « amuser » une trentaine de personnes au grand maximum. On se souviendra que concernant cette opération la mairie avait parlé d’opération blanche dans son magazine signifiant qu’elle ne lui coûtait rien. Quand je regarde ce qui est mis en œuvre, j’ai des sérieux doutes sur cette estimation tant par les moyens matériels mis à disposition que la présence d’employés présents ainsi que d’agents de sécurité mis en place. Cette musique étant insupportable à longueur d’après –midi, nombre de riverains, ceux qu’ils le peuvent du moins- quittent leur maison et partent chez des amis ou visitent la région…ce qui est mon cas ! Incroyable non ? N’avons-nous pas droit à un repos dominical loin des machines à bruits de toutes sortes ? Et d’exercer notre liberté d’écouter ce que bon nous semble ? Et si nous pouvons accepter les bruits d’une fête faisant partie de nos traditions est-il normal que nous subissions celles organisées hebdomadairement par la mairie qui se moque de notre tranquillité dominicale pour le moins et dont pourtant elle doit être garante ! Faites donc une enquête dans notre quartier dont la moyenne d’âge n’est plus d’une grande jeunesse et vous constaterez l’agacement –mot faible- des riverains. A noter que, curieusement (curieusement en constatant la priorité accordée au « décorum » et autres « festivités » de cette ville) les trottoirs jouxtant ce mini-golf sont toujours avec trous béants suite à la coupe d’autres arbres côté rue Leclerc. Il est donc impossible, en particulier pour les personnes poussant landaus et personnes handicapées, de les employer, les obligeant ainsi à emprunter la rue quand on sait la circulation automobile surtout aux heures d’entrées et sorties des classes des écoles de ce quartier. A noter encore que l’entrée du mini-golf est cadenassée les jours précédents ces « fêtes champêtres » nous empêchant d’y pénétrer – et d’autres jours aussi sans raison ni cause. Ce dimanche matin, 15 octobre 2017, dès 7h30 camions et balayeuses sont mis en œuvre pour nettoyer le quartier. Je suppose qu’un « événement » aura lieu ? Peut-être l’inauguration en grandes pompes du nouvel agencement du parc public dont les travaux ont débuté en décembre 2016. Non pas qu’il a fallu tout ce temps pour mener à bien cette rénovation et la mise en place de jeux pour enfants, mais les travaux s’étiolaient, reprenaient, cessaient et repartaient de plus belle pour un résultat (à combien faut-il l’évaluer ?) somme toute qui n’a pas changé fondamentalement ce parc qui fut très longtemps un lieu de calme et de tranquillité. Effectivement ce fut l’inauguration avec quelques dizaines de personnes et des marches militaires…américaines ! Mais qui fut avisé de cette inauguration ? En tout cas pas les riverains du parc qui furent pourtant les premiers incommodés par les travaux qui n’en finissaient plus. Nous pensons quitter cette ville qui est pourtant ma ville de naissance, je suis comme ils disent, un vieil Héninois, ville que je ne reconnais plus. En effet, une tentative de pétition fut engagée. Mais les riverains, mes voisins, sont personnes tranquilles et je restais avec des « ca ne m’intéresse pas », et peut-être pour les plus lucides : « ces gens-là sont dangereux. Je ne tiens pas avoir d’ennuis. ». Ce qui arrive à ma ville comme à d’autres de la région, c’est le désintéressement, l’abnégation, la soumission, la résignation, pire l’habitude qui gangrène la population. Je l’ai connue, en d’autres temps, plus courageuse. Le film « Germinal » que la chaîne Arte a diffusé hier m’a rappelé que nos parents ne faisaient pas dans la concession dont nous nous accommodons très bien, hélas, aujourd’hui, pour le pire ! »

 

Entendons nous bien avant que le maire ne caricature comme toujours ce que j’écris: je ne dis ni qu’il ne fallait pas rénover le parc public, ce que j’aurais surement fait si j’étais maire, ni qu’il ne faut pas faire de fêtes champêtres.

Mais je pense que ce maire n’a pas le respect des arbres qu’il abat à tours de bras comme il l’a fait au jeu de balle ou avenue des fusillés sous des prétextes que je continue de contester, et qu’en replanter ne suffit pas à remplacer la valeur (en terme de lutte contre le réchauffement climatique et de bodiversité) la valeur d’un vieil arbre. Un arbre malade car maltraité ça existe, mais ça se soigne!

Je pense également qu’il faut savoir organiser des fêtes pour toutes et tous, qui varient de lieu et de format pour que chacun s’y retrouve. Et que cela ne devienne pas gênant pour les riverains qui seront très content que leur quartier vive un week end festif mais n’ont. – et c’est bien compréhensible – pas envie que l’expérience se renouvelle tous les week-end de l’été.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s